Les cervicalgies et votre sommeil - La tribune d'Alexandre Chassagne, chiropracteur

Les cervicalgies et votre sommeil - La tribune d'Alexandre Chassagne, chiropracteur

Aujourd'hui, de plus en plus de patients nous consultent pour des cervicalgies, c'est à dire des douleurs cervicales aiguës (moins de 6 mois) ou chroniques (présentes depuis plus de 6 mois). Ici, nous tenterons de voir d'un point de vue anatomique d'où peuvent venir ces douleurs cervicales et quels sont les liens avec les positions de sommeil. 

Petite leçon d'anatomie 🩺

Attaquons par une petite leçon d'anatomie afin de mieux comprendre l'origine des différents types de cervicalgies. La colonne cervicale est le segment rachidien le plus souple et le plus mobile. Elle a pour but d'orienter la tête dans l’espace et a une action dans la vision et la gestion de l’équilibre.

Le rachis cervical (la partie de la colonne vertébrale la plus haute) se compose de 7 vertèbres nommées de C1 à C7. Les 2 premières, C1 : l'atlas et C2 : l'axis sont très remarquables par leurs formes et leur fonctionnement différent de celui du reste du rachis cervical, tandis que les 5 dernières (C3, C4, C5, C6, C7) ont une forme et un fonctionnement type. Pour faire simple, les mouvements de rotation du cou sont principalement effectuées par nos vertèbres cervicales hautes (C1 et C2) tandis que les mouvements d'inflexions sont effectués par nos vertèbres cervicales basses (de C3 à C7).

Au centre du rachis cervical se déverse notre système nerveux (le centre de commande du corps humain), la moelle épinière qui descend du bulbe rachidien jusqu'aux premières lombaires donne des ramifications (racines nerveuses) entre chaque vertèbre qui se propagent dans les tissus corporels (muscles, peau, organes, vaisseaux). La névralgie d’Arnold correspond par exemple à une compression de la seconde racine nerveuse cervicale cheminant entre les vertèbres C1 et C2.

Nos muscles et les mouvements cervicaux 👩‍⚕️

Les principaux muscles moteurs permettant les mouvements cervicaux sont :

  • Le muscle sterno-cléido-mastoïdien (ou SCM) : comme son nom l'indique, ce muscle situé entre la mastoïde et le sternum/clavicule permet une rotation du coté opposé (controlatérale) et une inflexion du même côté (homolatérale).
  • Les muscles sous-occipitaux : ils sont au nombre de quatre et se situent entre l'occiput (la base du crâne) et les deux premières cervicales, ils permettent les rotations du rachis cervical ainsi que les extensions et les inclinaisons. Ils peuvent être responsables de migraines lors des périodes de stress intense, communément appelés céphalées de tension.
  • Le muscle trapèze : véritable hauban, il permet au rachis de lutter contre les déformations liées à la pesanteur. Il se situe le long du rachis entre le base du crâne les premières vertèbres thoraciques et l'épaule.
  • Les muscles scalènes: situés antérieurement, ils sont au nombre de 3 et permettent la flexion, la rotation et l'inclinaison du cou. Le torticolis est un spasme important et involontaire des muscles trapèzes et/ou sterno-cléido-mastoïdien. 
  • Les vertèbres cervicales type (hormis l'occiput, l'atlas et l'axis) : ils s'articulent de deux façons principales (on ne parlera pas des articulations unco-vertébrales). Les articulations inter-apophysaires dont l'angle varie à chaque étage pour créer la lordose physiologique cervicale (courbure antérieure du rachis cervicale), et les articulations intervertébrales par le biais de disques intervertébraux situés entre les vertèbres. Si ceux-ci subissent des contraintes trop importantes, ils peuvent sortir de leur loge et venir irriter le système nerveux, c'est ce qu'on appelle des névralgies cervico-brachiales (ou NCB).

Une mauvaise position de sommeil comme cause de cervicalgie 😴

Il existe de nombreuses causes aux cervicalgie. Parmi celles ci, on retrouve le fameux "text neck syndrome' ou encore des postures de travail inadaptées. Mais une des causes principales souvent remarquée est la position de sommeil. En effet, la position et le confort de sommeil ont un réel impact sur le bon fonctionnement de notre colonne vertébrale, et tout particulièrement celui de l'étage cervical. Une position de sommeil inadaptée va avoir des conséquences néfastes sur les cervicales et peut donc potentiellement engendrer des cervicalgies communes voire des migraines, torticolis ou autres névralgies cervico-brachiales.

La position de sommeil, la plus déconseillée à mon sens, est la position ventrale. Sur le ventre, la tête est forcément tournée d'un coté ou de l'autre pendant des heures, favorisant ainsi de fortes tensions sur les muscles périarticulaires cervicaux, dont le trapèze, le sterno-cléido-mastoïdien et les scalènes. Ainsi il est fréquent de retrouver des torticolis bénins de survenue matinale chez les patients dormant sur le ventre, la contrainte de positionnement ayant forcée le muscle à se raidir brusquement. Mais une mauvaise position de sommeil peut également avoir de mauvaises répercussions sur les articulations intervertébrales, comme les disques intervertébraux et les articulations inter-apophysaires.

Une position de sommeil en décubitus latérale (sur le coté) mal adaptée, peut avoir des conséquences sur les vertèbres cervicales et potentiellement engendrer des douleurs dues à un blocage vertébral tel qu'une névralgie d’Arnold (souvent liée à un blocage articulaire de C1 ou C2). En effet, si le rachis cervical est peu ou trop bien soutenu par l'oreiller, ce dernier se retrouve en inclinaison ou rotation forcées. Les articulations ne seront donc plus en position neutre de repos. Cela augmentera les tensions articulaires, se manifestant par des raideurs ou des blocages articulaires répétitifs. Enfin, le choix d'un oreiller pour éviter les maux de cou en dormant est très important.

Petits conseils pratiques 💡

Le matin, ne vous levez pas trop brusquement. Prenez le temps de faire quelques mouvements passifs en flexion/extension et inclinaisons. Pratiquez également quelques étirements matinaux. Par exemple l'étirement des muscles sous-occipitaux permet de relâcher les tensions sur les cervicales hautes, en penchant la tête vers l'avant et en appuyant le mouvement de flexion avec vos mains (sans trop forcer) comme dans cette vidéo. Vous devriez sentir une sensation d'étirement musculaire sous la base du crâne.

J'espère que cet article vous aura permis de mieux comprendre les relations entre la position de sommeil et le fonctionnement de certaines cervicalgies.

Chassagne Alexandre D.C.

Docteur of chiropractic, formé à l'Institut Franco Européen de Chiropraxie.

Chiropracteur à domicile éco responsable sur Laval agglomération.

Fondateur de l'organisation humanitaire World Chiropractic Bike Tour.