La fatigue hormonale et menstruelle : définition, symptômes et traitement

Nous n’y pensons pas toujours, mais la fatigue a bien souvent des causes hormonales.

Un dérèglement des hormones comme la mélatonine, l’insuline, la sérotonine, ou encore les œstrogènes peut en effet causer une baisse d’énergie et un état de fatigue.  Quels sont les symptômes de la fatigue hormonale et menstruelle ? Et comment la traiter ? On vous explique.

La fatigue hormonale : qu’est-ce que c’est ? 🤔

Par « fatigue hormonale », on fait tout simplement référence à un état de fatigue causé par un dérèglement de la sécrétion d’hormones. Cet état se distingue donc d’autres types de fatigue comme la fatigue hivernale, la fatigue nerveuse, l’asthénie… 

Pour rappel, les hormones sont des substances chimiques sécrétées par les glandes endocrines, et transportées par le sang vers les organes dont elles régulent le fonctionnement. Elles sont donc essentielles au bon équilibre de l’organisme. Une baisse, ou au contraire une hausse trop importante de la production d’hormones peut ainsi causer de nombreux dysfonctionnements et symptômes divers, parmi lesquels, la fatigue. 

Parmi les hormones qui peuvent causer une sensation de fatigue en cas de déséquilibre, on peut citer : 

  • La mélatonine, « l’hormone du sommeil »

Sécrétée par la glande pinéale, la mélatonine est l’hormone qui favorise l’endormissement. Elle est notamment bloquée en présence de lumière. Par exemple, les écrans d’ordinateur et de téléphone le soir perturbent la sécrétion de mélatonine.

  • Le cortisol, « l'hormone du stress »

Le cortisol est libéré par les glandes surrénales. Une insuffisance de cortisol peut causer un état de fatigue chronique, et provoquer certaines maladies, comme la maladie d’Addison. Un excès de cortisol peut également causer des troubles du sommeil. 

  • L'insuline

C’est l'hormone sécrétée par le pancréas ; elle régule le glucose sanguin. Un niveau d’insuline trop élevé engendre une baisse du taux de glucose dans le sang. Cette hypoglycémie cause un état de fatigue et notamment une somnolence diurne et une somnolence post-prandiale. Par ailleurs, un déficit trop important d’insuline peut conduire à un diabète.

  • Les œstrogènes,  

Ces hormones féminines sont produites par les ovaires. La baisse du taux d’œstrogènes peut conduire à un état de fatigue. C’est par exemple le cas à la ménopause.

  • La thyroxine, sécrétée par la thyroïde

Un trop faible taux d'hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie) peut provoquer une fatigue généralisée. 

  • La sérotonine, sécrétée par l’hypophyse

La sérotonine joue un rôle clé dans la régulation de l’humeur, des comportements, de l’anxiété… Elle participe entre autres à la régulation du cycle veille / sommeil. Une perturbation dans la sécrétion de sérotonine peut donc contribuer à un état de fatigue.

Quels sont les symptômes de la fatigue hormonale ? 😴

Les symptômes de la fatigue hormonale varient grandement en fonction de l’hormone en cause. Une fatigue causée par un changement hormonal peut par exemple s’accompagner de troubles du sommeil (insomnie, réveils nocturnes…), d’anxiété, de troubles de l’humeur etc. Dans certains cas, la fatigue hormonale peut aussi s’accompagner de vertiges, ainsi que des problèmes de peau et de cheveux (cheveux très fins, chute de cheveux, peau sèche, pâleur, acné…),  et  parfois d’une prise de poids ou au contraire d’une perte de poids.  

Comment traiter la fatigue hormonale ? 💊

Là encore, les traitements de la fatigue hormonale dépendent avant tout de la cause du dérèglement et des hormones à l’origine de la fatigue. De manière générale, une alimentation équilibrée, une pratique régulière du sport, et une bonne hygiène de vie sont toujours très bénéfiques. Le mieux reste toutefois de consulter son médecin traitant, afin de réaliser un bilan sanguin, ou bien un endocrinologue, spécialiste des hormones, pour bénéficier d’un traitement adapté. 

Qu’est-ce que la fatigue menstruelle ? 💆🏼‍♀️

La fatigue menstruelle est également d’origine hormonale : elle est liée au déséquilibre des hormones féminines (œstrogènes et progestérones). 

Chez la femme, une fatigue à l’approche des règles et pendant la durée des menstruations est assez fréquente. C’est en effet l’un des symptômes du syndrome prémenstruel. 

Ainsi, si vous ressentez une baisse d’énergie tous les mois au moment des règles, il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’une fatigue menstruelle.  

Les causes de la fatigue menstruelle 📋

La fatigue menstruelle peut être liée à la fluctuation du taux d’œstrogènes et de progestérones pendant le cycle menstruel.

La fatigue ressentie pendant les règles peut aussi être liée à : 

  • des troubles du sommeil et des insomnies : à cause des ballonnements, des crampes, d’un inconfort ou du stress. 
  • un changement des habitudes alimentaires : il n’est pas rare, pendant ses règles, d’avoir des envies d’aliments gras et sucrés. Or, les glucides raffinés et les graisses saturées augmentent le taux de glycémie, ce qui provoque un état de fatigue et de léthargie. Cela peut également engendrer des carences alimentaires, en magnésium, zinc, vitamines et minéraux, qui augmentent la sensation de fatigue. 
  • une anémie par carence en fer, notamment en cas de règles abondantes : à l’échelle mondiale, plus de 30 % des femmes menstruées souffriraient d’anémie, selon l’OMS

Les symptômes de la fatigue menstruelle 💢

La fatigue menstruelle s’accompagne souvent d’autres symptômes liés au syndrome prémenstruel (SPM), comme : une irritabilité, des maux de tête, des fringales, des crampes, des ballonnements, des douleurs de dos, des courbatures, des douleurs pelviennes, des états dépressifs… Ces symptômes commencent à se manifester 2 à 7 jours avant les règles. 

Comment traiter la fatigue menstruelle ? ✅

Pour traiter la fatigue menstruelle, faites la part belle aux aliments riches en fer, en fibres et en protéines : fruits et légumes de saison, lentilles, épinards, haricots, viande maigre… Vous pouvez envisager de prendre des compléments alimentaires pour vous assurer un apport suffisant en vitamines et minéraux. Une cure de calcium et de magnésium peut également être très bénéfique. 

Limitez aussi la caféine, les sucres rapides, et les aliments trop riches en sel et trop gras, qui accentuent les effets du syndrome prémenstruel. 

Pensez aussi à vous hydrater suffisamment, et à pratiquer une activité physique régulière, comme le yoga, le vélo, la natation, le Pilates... 

Veillez également à avoir un sommeil réparateur, avec notamment une literie et un oreiller de qualité, adapté à vos besoins.

Bon à savoir :
Tous les oreillers Wopilo sont certifiés Oeko-tex 100, un label qui garantit que les oreillers ne contiennent aucune substance nocive pour la santé.

Nos oreillers ergonomiques et confortables

Enfin, pensez à vous octroyer un repos suffisant, n'hésitez pas à faire des siestes, et pratiquez des activités relaxantes pour réduire les stress, comme la méditation. Les plantes comme le gattilier et l’alchémille sont aussi très bénéfiques pour retrouver un certain équilibre hormonal.  

Le mieux reste toutefois d’en discuter avec votre médecin ou avec votre gynécologue,  pour mieux comprendre votre fatigue, notamment en cas de fatigue écrasante et de syndrome prémenstruel très persistant.

Suivez le guide

Vous hésitez encore ?

Laissez-nous vos poser quelques questions pour vous conseiller avec précision l'oreiller le plus adapté pour vos nuits.

Faire le quiz arrow-right-white